Rakuen of Dobutsu
Rejoignez nous, pour plus d'aventures, de funs et de fous rire garantie~


Forum déconseillé au moins de 18 ans... Mineurs passez votre chemin...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cybil Du Bois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cybil Du Bois

avatar

Lion Age : 26
Emploi/loisirs : Infirmier scolaire

Feuille de personnage
Espèce: Guépard
Régime Alimentaire: Carnivore
Inclinaison: Hétérosexuel(le)

MessageSujet: Cybil Du Bois   Mer 6 Avr - 14:56

[postbg=http://i.imgur.com/48CU2Qx.png]

▬ ft. personnage de série/artiste

25ans
Infirmier scolaire (pratique des expériences sur les élèves pour le compte des humains)
(Demi) Frère aîné de Pimprenelle
Fâché avec ses parents

Guépard

Cybil Du Bois
Caractère
Eh crotte, c'est encore un personnage avec un caractère de merde !

Cybil... Cybil cache bien son jeu. Marqué par les divers événements ayant secoués son enfance, il se protège désormais derrière une façon de se comporter cinglante et peu amicale. Il lui est presque impossible de faire confiance, que cela soit à quelqu'un d'autre ou à lui-même et préférera attaquer plutôt que de chercher l'amitié. Le peu de ses amis se compte d'ailleurs sur les doigts d'une main (sur un pouce à vrai dire, hum) car il faut être plutôt motivé pour tenter le coup.

A côté de cela, c'est un garçon vif et battant. Il baisse rarement les bras et s'implique dans les projets qui l'intéressent. Il peut être très acharné et plein de ressources.
Niveau intellect, autant dire que ce n'est pas cela. S'il n'est pas tout à fait un imbécile fini, il a pourtant du mal en ce qui concerne des activités comme la lecture ou la rédaction. Cela est dû à une scolarité catastrophique et le poussera à tenter, la plupart du temps, de régler le problème par la force. Il prend automatiquement les décisions les plus mauvaises et cela se ressent d'autant plus lorsque la situation est désespérée.

Grand insensible, il ne lèvera pas le petit doigt pour une demoiselle en détresse, préférant se préserver lui-même plutôt que de se mettre en danger pour quelqu'un qu'il ne connait pas ou ne connait qu'à peine. Pourtant, une fois rentré dans le cercle pour le moment inexistant de ses amis ou de ses proches, il sera du genre à remuer le monde pour vous sauver.
Le soucis venant de la solution, il est tout à fait possessif avec les personnes qu'il apprécie et sera vite jaloux pour telle ou telle raison. Si le hasard veut qu'il ait un jour une petite amie, la pauvre risque de suffoquer sous sa méfiance.

Attendez toujours de lui la remarque qui blesse. Car il n'est pas confiant, il aura tendance à répéter des "je te l'avais dit" ou autre réflexion enfonçant l'interlocuteur et rehaussant (à ce qu'il parait) son statut de type qui connait tout sur tout.
Physique

1M93
Musclé, sec
Blondin ('blond poussin'), cheveux courts
Yeux jaunes délavés
Il a six doigts à chaque main
Il a un situs inversus (organes mal placés)
Il a une cicatrice sur le visage
Quatre canines proéminentes
Histoire

............................

............................

La violence et la peur étaient son quotidien. Par crainte des coups, il baissait la tête. Par terreur de n'avoir personne, il les recherchait.
Perdu dans ce paradoxe, il désespérait. Se construire là-dessus ? Impossible. Chaque heure semblait une éternité de souffrance, qu'il endurait en silence.
Il ne savait pas pourquoi son père était ainsi mais il pensait fermement que c'était dû à quelque chose qu'il avait fait. Pour qu'il ne l'aime pas, il avait dû lui faire beaucoup de mal en naissant. Pourtant, il lui ressemblait. Comme deux gouttes d'eau, il était son père répliqué en enfant. C'était peut-être ça le problème. La façon dont 'elle', 'maman', le regardait.
Elle le regardait d'une expression emplie d'un amour maternel et plus encore. Certes, l'enfant était le centre de son monde. Il était son fils et son époux à la fois. La chose qui faisait battre son cœur et lui donnait la force d'avancer.
Cela, elle l'avait fait comprendre au garçon. De ses mains douces, caressantes, elle avait exprimé tout son amour ce à quoi l'enfant n'avait pas eu grand choix que d'endurer, immobile, une affection bien trop forte et importune. Les événements s'imprégnaient avec violence dans son esprit et un jour, cela fut de trop: il attaqua la femme avec violence et acharnement. Du haut de son jeune âge, il ne lui fit pas grand mal mais les morsures étaient profondes et il avait été bien difficile de le faire lâcher prise de la gorge qu'il croquait.
Éventuellement, le père s'en était rendu compte. Haïr celle qu'il aimait lui-même était bien trop difficile, il préféra jeter la faute sur l'objet de ses affections qui avait lui-même abîmé cette femme si digne de bontés. A force de coups répétés sur le moutard, sa colère s'apaisa. Il se contenta de l'enfermer à jamais dans une pièce où il n'aurait plus le déplaisir de le voir. Après plusieurs années, il planifia finalement de condamner la porte, d'emmurer la chambre mais elle s'y opposa et préféra abandonner l'enfant qu'elle aimait plutôt que de supporter plus longtemps le tempérament de son mari. La vision de la situation, disait-elle, l'insupportait. Ils se séparèrent dans un divorce acharné.
Le gamin, dont le père ne voulait offrir le plaisir à son ex-femme d'en laisser la garde, fut confié à sa grand-mère paternel.

............................

............................

Le téléphone sonna. Une fois, puis deux. Puis trois, puis quatre. Il n'arrêtait pas de sonner et Cybil commençait à avoir les nerfs à sang par cette sonnerie stridente qui lui abîmait oreilles et tympans. Il grinça des crocs et chercha à s'en distraire mais c'était en vain. Quiconque appelait était bien déterminé à ce qu'on lui réponde. D'un soupir, il alla jeter un œil par la fenêtre. Personne. Sa grand-mère ne rentrera pas avant plusieurs heures. Fallait-il qu'il supporte cela encore tout ce temps ? Agacé, il débrancha l'appareil.
Enfin la paix. Apaisé, il retourna à son ménage, seule chose qu'il lui était permis de faire pour occuper ses journées dans cette maison sinistre. Pas qu'il aimait faire le ménage, remarque, il avait toujours été du genre bordélique. Mais bon, entre ça et rester cloitré dans sa chambre à fixer les murs... Le choix était vite fait. Il reprit donc la serpillière en main. La maison était niquel et la serpillière n'était là que pour le fun, dans l'initiative un peu folle de tracer des dessins au plafond, une fois cette dernière enduite d'un dissolvant détériorant la peinture à coups de traces blanches. La vieille ne le remarquera pas et lui, il s'amusait à la caricaturer avec une motivation certaine.
Mais le téléphone sonna à nouveau.

C'était celui de la pièce du fond. Un téléphone dernier cri, sans fil. Aka, impossible à débrancher. Il avait aussi le bonus de prendre les appels vidéos, ce dernier étant muni d'un écran et d'une caméra. C'était ce qu'on appelait, communément, un vidéophone. Pour sa part, l'option vidéo, il s'en fichait un peu. Il n'avait personne à qui téléphoner. Mais la vieille semblait assez fière de pouvoir voir ses interlocuteurs.
Dans tous les cas, il ne pouvait faire taire l'horrible appareil qu'en décrochant. La vieille allait péter un plomb mais quoi ? Il avait les oreilles sensibles ! Tant pis, elle le frapperait avec un balai et alors ? Il avait les épaules solides et n'en avait cure des crises de colère de cette pie- il avait vécu pire avec son père.
Telle mère tel fils, en fin de compte. Cybil haussa les épaules et répondit au téléphone.

'Cybil Moira ?' un instant d'hésitation. Heiiiin ? C'était quoi ça ? L'appel était pour lui en fin de compte ?! Mais qui ...? 'Cybil Moira ? Je suis bien chez #### Moira ?'
'Heu... Ouais, c'est Cybil.' répliqua Cybil un peu hébété. Il se frotta avec force le cuir chevelu. Ce bordel... Il le sentait pas du tout. Personne ne l'avait jamais appelé auparavant.
'Ah, Cybil ! Avant tout, sache que je suis très heureux d'enfin te rencontrer.'
Cela ne contribuait qu'à rendre la situation un peu plus bizarre. Cybil hésita à se montrer vulgaire. Dans le doute, il ne dit rien. 'Sache que j'ai longtemps travaillé avec ta grand-mère, puis ton père.' Là, ça devenait carrément flippant. Le guépard réfléchit quelques secondes à ce que pouvait bien signifier de tels propos puis quelque chose le frappa.
' Je n'ai rien à voir avec mon père. ' Répondit-il sèchement. La voix ! C'était la voix ! Non seulement elle avait un accent qui n'était pas du coin bien que le type essayait de le cacher mais en plus elle avait un son qui semblait presque alien. Ce type... Il était pas des leurs.
Un humain...?
Cybil grimaça. Sa main tenant le combiné se rapprocha instinctivement de la base.
' Nous le savons bien, Cybil ! ' Dit la voix, parlant soudainement plus fort comme si elle avait compris ce qu'il s'apprêtait à faire. ' Néanmoins, nous pensons que la chance unique que nous t'offrons te permettra de te réaliser. '
Des conneries, rien que des conneries. Il ne comprenait rien aux fadaises que racontait ce gars et, le pire, dans tout ça, c'était bien d'apprendre que sa famille était impliquée dans cette histoire de merde. C'est vrai, il ne les avait jamais aimé. Mais de là à penser qu'il allait être, pour le restant de ses jours, assimilé à des traîtres...
' Et puis, ce n'est pas comme si tu avais le choix. ' Un frisson glacé traversa son dos. Peu assuré, Cybil prit un ton de défi qui sonnait faux.
' On pari ? '

............................

............................


- Sa sœur l'a retrouvé il y a peu, il n'était pas au courant qu'il en avait une et ne sait pas comment réagir avec elle
- Cette dernière lui a proposé d'emménager chez son père et leur mère. Il a accepté. Dans le même temps, on lui a signalé qu'un poste d'infirmier au lycée lui avait été trouvé. Il n'avait pas besoin de savoir grand chose, juste de suivre les consignes qu'il recevra au fur et à mesure.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Cybil Du Bois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Du bois pour le Maistre.
» Une fabrique de jouets en bois
» Poêlée du sous-bois et omelette d'automne.
» Peindre du bois lasuré
» [TUTO] Réaliser des échelles en bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rakuen of Dobutsu :: Paperasse :: Présentations validées-
Sauter vers: